Transport maritime à courte distance sur les Grands Lacs

Une nouvelle étude révèle des occasions de transport accru de marchandises sur les Grands Lacs du Canada et des États-Unis

Hamilton (Ontario) – Une nouvelle étude met en lumière les avantages potentiels des services de transport maritime à courte distance entre le sud de l’Ontario et la région américaine des Grands Lacs. L’étude est signée Fluid Intelligence, un partenariat d’analyse de données entre HOPA Ports et le McMaster Institute for Transportation and Logistics, avec l’appui de Transports Canada. Elle met en évidence les nombreux échanges commerciaux qui pourraient bénéficier de l’intégration du transport maritime aux côtés des services de camionnage.

À l’heure actuelle, chaque semaine, plus de 12 000 camions traversent la frontière entre le sud de l’Ontario et les zones portuaires des Grands Lacs aux États-Unis. Ils transportent des produits non périssables, candidats idéaux pour un service maritime chargé de parcourir le long « kilomètre intermédiaire ».

En explorant les services de transport maritime à courte distance sur les Grands Lacs, l’étude imagine un avenir dans lequel les routes et les frontières seraient moins encombrées, les émissions de gaz à effet de serre seraient réduites, et la résilience de la chaîne d’approvisionnement serait supérieure.

Le transport maritime à courte distance, largement adopté en Europe et en Asie, constitue une alternative de plus en plus séduisante au transport routier dans la région des Grands Lacs. Le transport maritime suscite un intérêt grandissant, notamment en raison de la croissance de la population, de l’encombrement des autoroutes, de la pénurie de camionneurs et de l’augmentation du coût du carburant. Il est important de noter que le transport maritime à courte distance offre un avantage environnemental de poids : un navire possède la même capacité de chargement que 963 camions tout en n’émettant que 15 % du CO2 par tonne-kilomètre.

Le sud de l’Ontario est la région économique la plus active au Canada, et son infrastructure indispensable a du mal à satisfaire la demande qui pèse sur ses routes. La croissance et la densité de la population ont exacerbé des problèmes comme l’encombrement des autoroutes, les retards aux frontières, l’absence de redondance de système de transport et la pénurie de camionneurs. On estime le coût économique de l’encombrement rien que dans la région du grand Toronto et de Hamilton à plus de 6 milliards de dollars par an[i].

Les principales conclusions de l’étude de Fluid Intelligence mettent l’accent sur l’incroyable volume de marchandises qui traversent la frontière dans la région des Grands Lacs et les chaînes d’approvisionnement complexes concernées. La région des Grands Lacs représente plus de 50 % de l’ensemble des échanges transfrontaliers entre les États-Unis et le Canada. S’il s’agissait d’un seul pays, son produit intérieur brut s’élèverait à 6 billions de dollars américains, ce qui en ferait la troisième plus grosse économie mondiale[ii].

Chaque année, près de 28,5 millions de tonnes de fret en provenance de l’Ontario sont transportées par camion vers les États-Unis; 70 % de ce fret est destiné à un État des Grands Lacs. À l’inverse, au moins 24 millions de tonnes de fret en provenance des États-Unis, dont 55 % d’un État des Grands Lacs, sont transportées par camion vers l’Ontario chaque année.

L’étude se concentre sur des itinéraires et des flux de marchandises précis qui constituent d’excellents candidats pour de nouveaux services maritimes. Il s’agit notamment du potentiel de services maritimes entre le sud de l’Ontario et des ports des lacs Michigan et Érié. En raison de leur activité économique concentrée et de leurs liaisons fiables avec la région du grand Toronto et de Hamilton, Chicago et Milwaukee se distinguent comme villes d’origine et de destination prometteuses.

Dans l’ensemble, on compte environ 5 000 (dans un rayon de 50 km) et 12 000 (dans un rayon de 100 km) trajets hebdomadaires en camion effectués entre 5 ports de la région américaine des Grands Lacs et le sud de l’Ontario, qui offrent tous d’excellentes occasions d’alternatives modales.

Il suffirait, par exemple, de dévier 10 % du fret transporté actuellement par camion entre le sud de l’Ontario et le port de Chicago pour réduire de 220 tonnes les émissions de gaz à effet de serre produites chaque semaine dans le réseau de transport.

Cette étude représente un grand pas en avant vers l’exploitation du potentiel de transport maritime à courte distance sur les Grands Lacs. En présentant les avantages prometteurs de réduction de l’encombrement et des émissions de gaz à effet de serre, et d’amélioration de la résilience de la chaîne d’approvisionnement, les conclusions soulignent l’importance d’adopter des solutions de transport novatrices pour répondre aux besoins changeants de la région.

« Foundational Study on Cross-Border Short Sea Shipping Opportunities » is available for download at   https://www.fluidintelligence.ca/

CITATIONS

« L’heure du service de transport maritime à courte distance a sonné. Cette étude nous fournit les données réelles dont nous avons besoin pour définir les produits et les itinéraires les plus prometteurs, pour lesquels le transport maritime peut aider à relever nos défis croissants en matière de circulation des marchandises. Il est urgent de trouver des moyens de réduire l’impact des gaz à effet de serre sur le secteur du transport. En attendant, la croissance de la population et l’encombrement des autoroutes, la pénurie de camionneurs et le coût du carburant sont tous des éléments de la tempête du siècle qui frappe sur les chaînes d’approvisionnement nord-américaines. Le transport maritime à courte distance permet de s’attaquer à tous ces problèmes. » – Ian Hamilton, président et chef de la direction de HOPA Ports

« Les industries et les chaînes d’approvisionnement qui soutiennent l’économie de l’Ontario et relient la province aux marchés d’exportation ont absolument besoin d’une circulation concurrentielle et résiliente des marchandises. Le changement a d’ailleurs commencé. Cette étude, qui se fonde sur des renseignements de différentes autorités et divers paliers de gouvernement et sur l’éclairage du secteur maritime, donne un aperçu des débouchés pour le secteur maritime et de leurs conséquences pour la politique publique dans cet écosystème en évolution. » – Mark Ferguson, associé de recherche principal, McMaster Institute for Transportation and Logistics

À propos de Fluid Intelligence

Fluid Intelligence est une ressource d’analyse de données qui fournit des informations et crée des solutions dans le domaine de la circulation des marchandises. Ce partenariat entre HOPA Ports et le McMaster Institute for Transportation and Logistics aide les entreprises et les décideurs politiques à prendre de meilleures décisions de planification des chaînes d’approvisionnement, du transport et de l’infrastructure.

À propos de HOPA Ports

En tant que réseau portuaire intégré, l’Administration portuaire de Hamilton-Oshawa (HOPA) offre des atouts portuaires et maritimes à Hamilton, Oshawa et Niagara. Réseau efficace de transport multimodal sur les Grands Lacs, elle appuie les industries de l’Ontario et favorise les échanges commerciaux. HOPA aide à aménager des zones de travail prospères dans les secteurs riverains des communautés de la province en investissant dans une infrastructure de qualité et en accordant la priorité à la durabilité. Elle supervise plus de 400 ha (1 000 acres) et plus de 140 entreprises locataires; 40 000 emplois en Ontario sont liés aux marchandises qui transitent par les ports intégrés de l’Administration portuaire.

À propos du McMaster Institute for Transportation and Logistics

Le McMaster Institute for Transportation and Logistics travaille avec une vaste gamme de partenaires et de parties prenantes de tous les paliers de gouvernement et de l’industrie pour faciliter la mobilité sûre, intelligente et propre des biens et des personnes. Il effectue des recherches pluridisciplinaires, intersectorielles et collaboratives de calibre mondial dans le secteur du transport et de la logistique.


RENSEIGNEMENTS AUX MÉDIAS

Larissa Fenn
HOPA Ports
Tél. : 905-518-7632  |  Courriel : [email protected]

Ken Albright
Université McMaster
Tél. : 905-515-7038  |  Courriel : [email protected]


[i] Metrolinx (2008). Costs of Road Congestion in the Greater Toronto and Hamilton Area.

[ii] Council of the Great Lakes Region. The Great Lakes Economy: The Growth Engine of North America. https://councilgreatlakesregion.org/the-great-lakes-economy-the-growth-engine-of-north-america/

Larissa Fenn

Vice-président, Affaires corporatives

Larissa Fenn est vice-présidente des affaires corporatives chez HOPA Ports, dirigeant une équipe responsable des communications et des relations gouvernementales, des rapports sur le développement durable, de la gouvernance d’entreprise et de la culture d’entreprise.

Ses postes antérieurs incluaient des rôles en matière de communications et de politique publique au sein de l’Association des banquiers canadiens, de la Credit Valley Conservation Authority et de la municipalité régionale de Halton.

Larissa est titulaire d’un B.A. (avec distinction) en sciences politiques de l’Université Queen’s. Elle est titulaire du titre ARP de la Société canadienne des relations publiques et a suivi le programme Senior Public Sector Leaders de l’Université Western Ontario, Ivey School of Business. Larissa a été vice-présidente du conseil d’administration des Jardins botaniques royaux et membre du conseil politique de la Chambre de commerce de Hamilton.

Bill Fitzgerald

Vice-président, Développement stratégique

Bill a assumé le rôle de vice-président du développement stratégique en 2024, après avoir occupé le poste de vice-président des opérations de HOPA depuis 2008.

Bill s’est joint à l’Administration portuaire de Hamilton-Oshawa en juillet 1995 à titre d’ingénieur de projet. Il a auparavant travaillé au sein du service des transports de la municipalité régionale d’Ottawa, ainsi que pour la Toronto Transit Commission et la ville de Waterloo.

Bill a obtenu un baccalauréat en sciences appliquées, génie civil/ressources en eau, en 1995 de l’Université de Waterloo et s’est inscrit auprès des ingénieurs professionnels de l’Ontario en 1997.

Jeremy Dunn

Vice-président, opérations

Jeremy a assumé le rôle de vice-président des opérations en 2024 après avoir occupé le poste de vice-président commercial de HOPA depuis 2019. Avant de rejoindre HOPA, Jeremy a occupé des postes de direction successifs au sein du Groupe Miller, l’une des principales entreprises de construction de transports et d’entretien d’infrastructures au Canada. Jeremy a dirigé plusieurs groupes d’affaires dans les secteurs de la construction lourde, du revêtement d’asphalte et des granulats, générant des résultats grâce à la restructuration des entreprises, à l’amélioration des services et à la croissance stratégique. Dans son rôle le plus récent, Jeremy a occupé le poste de directeur général de Miller Maintenance, responsable de la gestion et de la croissance des activités d’entretien routier de Miller en Ontario.

Avant de rejoindre The Miller Group, Jeremy a occupé le poste de directeur des opérations pour le Dunn Group of Companies.

Jeremy a obtenu son baccalauréat en commerce (avec distinction) à l’Université Queen’s. Il est également titulaire d’un certificat de maîtrise en gestion de projet.

Janet Knight

Vice-président exécutif et directeur financier

Directrice financière de l’Administration portuaire de Hamilton-Oshawa depuis 2008, Janet s’est jointe à l’HPA en 1998 à titre de superviseure comptable et a ensuite occupé le poste de contrôleur.

Avant de se joindre à l’HPA, Janet a occupé le poste d’analyste financière à l’Hôpital St. Joseph, ainsi que divers postes, notamment celui de responsable des communications marketing et de la recherche chez Zeneca Agro. Janet a obtenu un baccalauréat en commerce de l’Université McMaster en 1986. Elle a obtenu le titre professionnel de comptable en management accrédité en 1992.

Ian Hamilton

Président et PDG

Ian Hamilton est président et chef de la direction de HOPA Ports (Administration portuaire de Hamilton-Oshawa). Il a assumé ce rôle en 2017, après avoir occupé le poste de vice-président du développement des affaires et de l’immobilier de l’Administration portuaire depuis 2008. Ian a joué un rôle déterminant dans le développement des secteurs riverains fonctionnels de Hamilton, d’Oshawa et de Niagara en attirant de nouvelles entreprises et des investissements privés et en créant un réseau maritime intégré dans tout le sud de l’Ontario.

Ian possède plus de 25 ans d’expérience dans le transport international et la logistique en Europe et en Amérique du Nord, et a occupé des postes de direction de plus en plus élevés dans l’industrie du transport maritime de ligne, notamment ceux de directeur du commerce transatlantique (Europe) pour CP Ships et de directeur du développement commercial pour Hapag-Lloyd. Ian est président de l’Association des administrations portuaires canadiennes et occupe des postes au sein de divers autres conseils d’administration, notamment : la Chambre de commerce maritime, le Hamilton Club et le Brigs Youth Sail Training.

Ian est titulaire d’un MBA de l’Université Aston (Royaume-Uni) et d’un BSc en administration des affaires et en économie du College of Charleston, Caroline du Sud.